Swap de devises

Swap de change

Vu son nom, on pourrait croire que le swap de devises est un swap de change. Oui… mais non. En fait le swap de devises est un mixte entre le swap de change et le swap de taux. Comment fonctionne un swap de devises ? Quels sont ses avantages ?

Principe des swaps de devise

Le swap de devise est un instrument à cheval entre le swap de change et le swap de taux .

Il s'agit d'un contrat par lequel deux contreparties s'engagent mutuellement à échanger un paiement d'intérêts (à taux fixe ou variable) dans une devise contre un paiement d'intérêts (à taux fixe ou variable) dans une autre devise pendant une durée fixée dans le contrat.

Le contrat porte sur un montant dans une des devises et les contreparties conviennent d'un taux de change pour la conversion dans l'autre devise.

En règle générale, il y a échange réelle des devises à la mise en place et à l'échéance.

Un swap de devises comporte donc 3 étapes distinctes

  • à la mise en place du contrat, une opération de change comptant à un cours convenu entre les 2 contreparties,
  • en cours de vie du contrat, des échanges de flux d'intérêts calculés en fonctions des types de taux retenus, de la périodicité et du cours de change fixé au départ,
  • à l'échéance du contrat, une opération de change de sens inverse au même cours que l'opération de change comptant de départ.

Il existe donc plusieurs combinaisons pour les échanges d'intérêts :

  • taux fixe dans les deux devises,
  • taux fixe dans une devise et taux variable dans l'autre,
  • taux variable dans les deux devises.

Finalement, cette mécanique permet de convertir un actif ou une dette (à taux fixe ou à taux flottant) libellé dans une devise vers une autre devise en changeant (ou pas) la nature du taux.

Les principaux avantages du swap de devises sont :

  • se couvrir à la fois contre le risque de taux et le risque de change,
  • profiter des différentiels de taux entre 2 marchés afin de générer une baisse des coûts.

Un peu d'histoire

Bien que le swap de devises ait existé avant 1981, on cite souvent cette date comme référence avec la mise en place du swap IBM - Banque Mondiale.

En 1981, le dollar s'est apprécié par rapport aux monnaies européennes. Or, IBM avait contracté dans les années précédentes, des emprunts en monnaie fortes et taux d'intérêts faible (essentiellement en Deutsche Mark et en Francs Suisse).

Afin de profiter d'une évolution favorable des taux, IBM cherchait la possibilité de rembourser de manière prématurée ses engagements en CHF et en DEM afin de financer des investissements en USD.

Dans le même temps, la Banque mondiale souhaitait contracter des engagements dans des monnaies à faible taux d'intérêt. En raison de son utilisation antérieure du marché des capitaux en CHF, elle ne disposait pas de conditions de premier ordre, contrairement à la situation sur le marché des capitaux en USD.

La concordance des besoins d'IBM et de la Banque mondiale a permis de conclure un accord de swap bénéfique pour les 2 parties.

  • la Banque Mondiale a procédé à l'émission d'une obligation en USD,
  • ----- Début du SWAP de devises -----
  • la banque Mondiale SWAPPE cette émission en DEM et CHF avec IBM,
  • IBM reçoit les USD de la Banque Mondiale et lui verse les CHF et DEM en contrepartie,
  • IBM reçoit des intérêts en CHF et DEM de la Banque mondiale,
  • la Banque mondiale reçoit des intérêts en USD d'IBM,
  • à l'échéance du swap, une opération de change permet à Banque mondiale de récupérer les USD et à IBM de récupérer les CHF et DEM,
  • ----- Fin du SWAP de devises -----
  • IBM rembourse des créances en CHF et DEM,
  • la Banque mondiale rembourse l'obligation en USD émise initialement.

Les 2 parties y ont trouvé chacune un avantage.

IBM a éliminé le risque économique d'avoir du CHF et du DEM dans son bilan sans aucune position de compensation et a réalisé un bénéfice de change.

La Banque mondiale a profité de son avantage concernant les coûts sur le marché de l'USD et a transféré cet avantage en CHF et en DEM. Elle a ainsi obtenu de meilleures conditions d'intérêt que si elle avait opéré directement sur les marchés des capitaux suisses ou allemands.