Risque de change

Sur le marché des changes, on évoque souvent le… risque de change. Qu'est-ce que le risque de change ? Qui est concerné ? Comment se protéger ?

Le contexte

Dessin humoristique

Sur le marché des changes, le cours des devises évolue en permanence et on peut souvent observer d'importantes fluctuations.

Il est donc extrêmement difficile de prévoir le cours futur d'une monnaie, de plus comme le disait Pierre Dac  La prévision est difficile surtout lorsqu'elle concerne l'avenir.

Or, pour de nombreuses activités, le cours de change d'une monnaie intervient, par exemple, dans le calcul d'un prix de revient (coût de la matière première), d'un prix de vente (exportation), du remboursement d'intérêts (emprunt en devise), etc.

Toute variation de cours défavorable peut donc avoir une incidence significative sur le poste concerné.

C'est ce que l'on appelle le risque de change.

Pour annihiler ce risque ou du moins le réduire, l'idéal serait de pouvoir fixer à l'avance le cours de change futur d'une monnaie afin que toute variation de cours ne puisse plus avoir aucune incidence.

C'est exactement la finalité du change à terme avec toutefois un bémol, c'est que vous ne pourrez pas profiter d'une évolution de cours qui vous serait favorable..

Tous concernés !

Quand on évoque le risque de change, on pense en premier lieu à l’entreprise qui effectue des transactions commerciales avec l’étranger.

En effet dans ce cas, le montant de la transaction est réglé dans une devise qui n’est pas forcément celle en vigueur dans le pays d’une des contreparties (voire des deux) impliquées dans la transaction commerciale.

De plus il existe généralement un délai entre la mise en place de la transaction (basée sur un cours de change) et le règlement effectif de celle-ci (avec un cours de change qui a pu évoluer).

  • si sa monnaie nationale se déprécie, l'importateur paiera sa marchandise plus chère et devra, soit réduire sa marge, soit répercuter le surcoût sur le prix de vente (avec le risque de moins vendre),
  • si sa monnaie s'apprécie, l'exportateur, qui est souvent réglé à la livraison, verra son prix de vente minoré.

Il n'y a pas que les transactions commerciales qui sont confrontées au risque de change. De simple opérations financières peuvent l'être.

Ainsi, un prêt ou un emprunt en devise expose également l'une ou l'autre des contreparties au risque de change car elle recevra ou devra payer des intérêts dans une devise étrangère :

  • l’emprunteur court le risque d’avoir à rembourser à l’échéance un montant équivalent dans sa monnaie nationale plus important que prévu, ce qui augmentera le coût de l’emprunt,
  • inversement, le prêteur court le risque de récupérer moins que prévu ce qui diminuera le rendement du prêt.

Toute entreprise multinationale est également confrontée au risque de change par l’intermédiaire de ses filiales détenues à l’étranger. En effet, leurs activités et leurs bilans sont réalisés dans la devise du pays d’implantation ce qui peut avoir des effets non négligeables lors de la consolidation des bilans.

Exemple et couverture du risque de change

Prenons par exemple l’évolution du cours EUR/USD de juillet 2012 à juillet 2013 :

Graphique historique des cours EUR/USD
Graphique historique des cours EUR/USD

On comprend aisément qu’un intervenant se basant sur le cours du 16 août, soit 1,2290 aura une certaine surprise le 18 octobre en constatant un prix de 1,3119.

Sur un montant nominal de 10 millions d’EUR, la différence représente quand même 829 000 USD !

Illustrons le problème du risque de change à l’aide de deux exemples simples.

Cas d’un importateur

L’entreprise devra payer sa marchandise en USD à une date future. Son risque est que la valeur de l’USD s’apprécie, c’est-à-dire que le cours EUR/USD baisse.

Dans ce cas, l’importateur pourra fixer son cours de change dès à présent en procédant à une vente à terme d’EUR/USD auprès de sa banque.

C’est également ce que devrait faire un intervenant contractant un emprunt en devise afin de garantir le paiement des intérêts dans cette même devise.

Cas d’un exportateur

L’entreprise est censée recevoir un règlement en USD à une date future. Son risque est que la valeur de l’USD se déprécie, c’est-à-dire que le cours EUR/USD monte.

Dans ce cas, l’importateur pourra fixer son cours de change dès à présent en procédant à un achat à terme d’EUR/USD auprès de sa banque.

C’est également ce que devrait faire un investisseur ayant accordé un prêt en devise afin de garantir le montant des intérêts perçus.

À noter que les options de change constituent également un instrument très efficace pour couvrir le risque de change tout en profitant d'une évolution favorable du cours contrairement au change à terme.