Caractéristiques du marché des changes

Le marché des changes est un marché bien particulier. Par certains cotés, il rappelle l'organisation d'Internet. Quelles sont donc les principales caractéristiques du marché des changes ? Qu'est-ce qui le rend différent des autres marchés financiers ?

Un marché mondial et non localisé

Le marché des changes n’a pas de frontières et n’est physiquement localisé à aucun endroit particulier.

A tout instant, une transaction identique peut être réalisée simultanément à Paris, Londres, Zurich, Hong-Kong ou New-York (en fonction des heures d’ouverture !).

L'activité se répartit sur différentes places avec bien entendu des volumes échangés différents d'une place à l'autre comme le montre le graphe ci-dessous.

Moyenne quotidienne des transactions par pays
en % (milliards d'USD au survol du graphique)
(source : Banque des Règlements Internationaux - Enquête triennale 2019)

En 2019, Londres est restée la place financière principale sur le marché des changes mais avec le Brexit, le restera-t-elle ?

Un marché communiquant

Bien avant l’arrivée d’Internet, le marché des changes disposait déjà d'un réseau de communication dédié (et privé) permettant la diffusion en temps réel d'informations financières (cotations, analyses, commentaires, chiffres économiques, etc.).

Ces informations étaient collectées et diffusées par des agences de presse spécialisées :

De plus, dès les années 80, les cambistes ont également pu disposer d'un outil (Reuters Dealing) permettant aux opérateurs de communiquer en temps réel et de réaliser des transactions - n'oublions pas qu'à cette époque les moyens de communication entre pays se limitaient au téléphone (fixe) et au Télex !

Un marché qui ne dort (presque) jamais

Comme le montre cette représentation (très schématique), les heures d'ouverture des différentes places financières se recouvrent, permettant ainsi au marché des changes de ne jamais se coucher (mais les cambistes, si !).

Plages d'ouverture/fermeture des marchés selon la place
Le marché des changes ne se couche jamais...
Le marché des changes ne se couche jamais… 

Comme le marché des changes n’est pas localisé, il est possible d’acheter ou de vendre des devises 24 heures sur 24 puisque les principales places financières se relaient sur tous les fuseaux horaires.

Le marché ouvre en Australie, se déplace progressivement vers l’Asie, puis l’Europe pour enfin se fermer sur la côte ouest des États-Unis. Et le lendemain, on recommence… 

Un marché de gré à gré

Le marché des changes est essentiellement un marché de gré à gré (en anglais, OTC pour Over The Counter) par opposition aux marchés organisés  dont un exemple connu de tous est celui de la Bourse.

Sur un marché de gré à gré, les 2 contreparties (acheteur et vendeur ou emprunteur et prêteur) se contactent directement et négocient les termes de la transaction en face à face.

Pourquoi essentiellement  ? Tout simplement parce que les principaux instruments que sont change comptant, change à terme et swap de change (ils constituent plus de 90% des volumes quotidiens traités sur le marché des changes) sont négociés de gré à gré..

Parfois, un courtier intervient mais ce dernier ne sert qu'à mettre en relation les 2 contreparties (on parle d'intermédiation) et à faciliter le déroulement de la négociation.

Les caractéristiques des transactions (échéance, montant, règlement) sont uniquement fonction du besoin de chacune des contreparties.

Sur le marché des changes, il n’existe pas d’obligation, par exemple, d’utiliser des échéances standard ou des montants normés ce qui offre beaucoup de souplesse mais n'empêche pas pour autant les opérateurs de respecter certains usages.

Cependant, l'application de la réglementation EMIR pourrait restreindre cette souplesse sur certains types de produits.

EMIR
European Market Infrastructure Regulation

EMIR est une réglementation Européenne qui vise à réguler les marchés dérivés  de gré à gré . Ce besoin de régulation est notamment apparu à la suite de la crise financière de 2008.

EMIR a pour objectif de réduire les risques liés aux négociations en imposant trois principales mesures :

  • obligation de compensation centrale de l'ensemble des produits dérivés négociés de gré à gré,
  • pour les dérivés non éligibles à la compensation, recours à des mesures de limitation du risque,
  • obligation de déclaration des transactions à des référentiels centraux.

Ces mesures sont destinées à réduire le risque de contrepartie et le risque opérationnel ainsi qu'à améliorer la transparence. Elles s'appliquent aux produits dérivés de taux, crédit, actions, matières premières et change (change à terme, options de change, swap de change).

La mise en place de cette réglementation entraîne la création de deux nouveaux types d'acteurs :

  • les référentiels centraux (TR - Trade Repositories) tel l’AEMF - Autorité Européenne des Marchés Financiers (ESMA - European Securities and Markets Authority), le régulateur européen des marchés financiers,
  • les chambres de compensation appelées contreparties centrales (CCP - Central CounterParties).

 Marché dérivé

Marché financier sur lequel sont négociés des produits dont la valeur fluctue en fonction de l'évolution du prix d'un autre produit appelé sous-jacent. Exemple : les options de change  sont des produits dérivés du change comptant .

Traduction anglaise = Derivative Market

Un marché liquide

Compte tenu des volumes échangés quotidiennement qui dépassent les 6 000 milliards de dollars, il va de soi que la liquidité de ce marché ne fait pas débat.

À titre de comparaison, le volume annuel (2020) du commerce mondial des biens et des services s’est élevé à 22 000 milliards de dollars (source : Organisation Mondiale du Commerce - Principales données sur le commerce mondial en 2020 ( 575 ko).

De plus, l'éventail très large des intervenants sur le marché des changes aide à ce que cette liquidité profite à tous.