Échéances et durées

Tout comme les produits de change, les prêts et emprunts en devise s'appuient sur des règles et des conventions. Certaines règles sont assez discrètes mais tout aussi importantes. Comment déterminer les échéances d'une opération ? Que faire si l'échéance tombe un jour férié ? Comment calculer la durée d'une opération ?

Rappel sur la date de valeur

Comme nous l'avons déjà vu, la date de valeur correspond à la date de livraison des devises pour une opération de change comptant.

Elle est égale, sauf indication contraire, au deuxième jour ouvré qui suit la date de négociation.

La date de valeur spot est la date de référence des transactions sur le marché des changes puisque c'est à partir de cette date que sont déterminées, par exemple, les dates d'échéances des opérations à terme et que sont calculées les durées des différentes périodes.

Date d'échéance

Une fois connue la date de valeur, il est possible de déterminer la date d'échéance.

Cette échéance est calculée en ajoutant à la date de valeur un nombre de jours. Ceux-ci peuvent correspondre ou pas à des durées standards.

Les échéances standards sont : 1 semaine, 1 mois, 3 mois, 6 mois, 1 an. On trouve également toutes les échéances intermédiaires : 2 ou 3 semaines, 2, 4, 5, 7 à 11 mois.

Exemple :

Nous sommes le mardi 8 avril.

La date de valeur spot sera fixée au jeudi 10 avril et l'échéance du 2 mois sera fixée au 10 juin.

La durée de l'opération sera calculée en prenant le nombre de jours entre le 10 avril et le 10 juin.

Pour les prêts/emprunts, c'est sur la période qui va de la date spot à la date d'échéance que seront calculés les intérêts.

Date d'échéance
Date d'échéance (en jours ouvrés)

Évidemment, il est également possible d'ajouter simplement un nombre de jours ne correspondant pas à une durée standard.

Si l'échéance qui en résulte ne tombe pas sur une échéance standard, on parle alors d'échéance brisée (broken date en anglais).

Il va de soi que l’ajout d’un nombre de jours ou d’une période peut faire tomber l’échéance sur un jour non ouvré. Dans ce cas, l’échéance sera ajustée selon les conventions de report en vigueur sur le marché ou pour le produit considéré.

Enfin, signalons que les périodes courtes (inférieures à la semaine) disposent de leur propre dénomination :

  • Overnight (O/N) : d'aujourd'hui à demain (toujours en jours ouvrés). En français on dirait jour le jour.
  • Tom/Next (T/N) : tomorrow / next day. De demain à après-demain (ouvrés).
  • Spot/Next (S/N) : spot value / next day. De la valeur spot au jour ouvré suivant.
Périodes (très) court terme
Périodes (très) court terme (en jours ouvrés)

Échéance fin-fin

Il existe une méthode de calcul de la date d’échéance un peu particulière dite fin-fin. Elle est utilisée lorsque la date de valeur spot tombe le dernier jour ouvré du mois. Dans ce cas, la date d’échéance sera également le dernier jour ouvré du mois de la période considérée.

Exemple :

Nous sommes le mercredi 28 janvier d'une année non bissextile.

La date de valeur est donc le vendredi 30 qui est le dernier jour ouvré du mois (puisque le 31 tombe un samedi).

Dans ce cas, toutes les échéances des périodes mensuelles tomberont le dernier jour ouvré du mois considéré même si cela implique d'avancer la date.

Pour notre exemple, l’échéance du 1 mois tombera le vendredi 27 février, celle du 2 mois, le mardi 31 mars, celle du 3 mois, le jeudi 30 avril, celle du 4 mois, le vendredi 29 mai, etc.

Conventions de report

Lorsque que l’on cherche à déterminer une date d’échéance, il peut arriver que celle-ci tombe un samedi, un dimanche ou un jour férié.

Ceci est particulièrement vrai sur les marchés de gré à gré. Selon les conventions en vigueur pour le produit traité (ou selon accord entre les contreparties), la date sera alors déplacée pour tomber le jour ouvré le plus proche possible de la date résultant du calcul strict de l’échéance.

Sur le marché des changes, la convention de report généralement admise dite Modified Following Business Day précise que la date de règlement est reportée au premier jour ouvré suivant sauf si ce report entraîne un changement de mois. Dans ce cas, la date de règlement est reportée au premier jour ouvré précédent. On parle aussi de mode Ajusté.

Pour le fun, voici quelques autres conventions de report utilisées sur les marchés financiers :

  • Fixed Date : la date de règlement est la date calculée même si elle tombe un jour non ouvré.
  • Following Business Day : si la date de règlement tombe un jour fermé, elle est reportée systématiquement au premier jour ouvré suivant même si cela implique un changement de mois. On parle aussi de mode Non Ajusté.
  • Previous Business Day : si la date de règlement tombe un jour fermé, elle est reportée systématiquement au premier jour ouvré précédent même si cela implique un changement de mois.
  • Modified Previous Business Day : si la date de règlement tombe un jour fermé, elle est reportée au premier jour ouvré précédent. Si ce jour entraîne un changement de mois, la date de règlement est reportée au premier jour ouvré suivant.

Calcul de la durée des opérations

Sur les marchés financiers, il existe une convention universelle pour calculer le nombre de jours d'une opération. Cette convention est surtout utilisée pour les opérations dont la durée n'excède pas 1 an :

  • le premier jour (date de départ) est inclus dans la période,
  • le dernier jour (date de fin ou date d'échéance) est exclu de la période.

Ainsi une période allant du 15 au 25 juin comporte 10 jours (et non 11). Plus simplement, une opération qui irait d'aujourd'hui à demain aurait une durée d'1 jour ! (et non 2).

C'est ce que l'on appelle le nombre de jours exact de la transaction.

Exemple :

Soit une opération à 3 mois, départ le 12 septembre et donc une échéance au 12 décembre.

La durée totale se calcule de la façon suivante :

  • du 12 au 30 septembre : 18 jours,
  • du 30 septembre au 31 octobre : 31 jours,
  • du 31 octobre au 30 novembre : 30 jours,
  • du 30 novembre au 12 décembre : 12 jours.

Soit une durée totale de 91 jours.

Sachez cependant qu'il existe une autre convention précisant que chaque mois comprend 30 jours quelle que soit sa durée réelle et que bien entendu chaque année (bissextile ou pas) comprend 360 jours ! Cette convention (30/360) cependant n'est pas utilisée pour les calculs relatifs aux produits qui nous intéressent.